MON PARCOURS


« Créer ma savonnerie artisanale est la simple continuité des choses« 

Technicienne en Gestion et Protection de la Nature, j’ai exercé de nombreuses années en tant qu’éducatrice à l’environnement dans une association de protection de la nature. J’ai pu monter des projets pédagogiques avec les écoles, collèges et lycées sur les thématiques de la réduction des déchets, de la consommation, des économies d’eau et de l’énergie.

J’ai intégré ensuite, la fonction publique territoriale et coordonné le programme local de prévention des déchets des 90 communes d’une collectivité. Cheffe du service économie circulaire, j’ai coordonné le dispositif territoire zéro déchet zéro gaspillage en accompagnant les associations, collectivités, entreprises et habitants à la réduction de leurs déchets.

Pour des raisons de mobilité, j’ai choisi de travailler à proximité de mon domicile en intégrant, en tant que chargée de mission développement durable, le Collectif des festivals, association qui accompagne les festivals de Bretagne engagés dans une démarche de développement durable et solidaire.

J’accompagne donc depuis près de 20 ans, les familles, associations, collectivités et entreprises dans la réduction de leurs déchets.

Créative et manuelle depuis l’enfance, j’ai toujours aimé créer, inventer avec les éléments naturels nous entourant. Enfant, je fabriquais par exemple mes déguisements en feuilles de châtaigner.

L’observation des plantes et connaitre leurs propriétés m’a toujours passionnée.

Photographier, pratiquer la randonnée, cueillir et cuisiner les herbes sauvages font partie de mes activités favorites.

A l’aube de la quarantaine, et forte de cette expérience dans l’accompagnement aux changements de comportement, je souhaite maintenant être actrice de ce changement et proposer des alternatives concrètes.

Créer ma savonnerie artisanale est la simple continuité des choses.

J’ai suivi une formation de savonnière dispensée par le seul maître savonnier Français Alain Dougnac. J’ai pu perfectionner ma technique, apprendre à réaliser des savons liquides (que je vous proposerai prochainement) et entrer dans le réseau des nouveaux savonniers.

Mon établissement est déclaré à l’Agence Nationale de la Sécurité et du Médicament. J’ai reçu une formation à la norme ISO 22716 qui définit les règles des Bonnes Pratiques de Fabrication des produits cosmétiques.

Je suis formée à l’aromathérapie afin de mieux connaître les propriétés des huiles essentielles et pouvoir intégrer les bienfaits des plantes dans mes formulations.

Mes recettes ont été validées par un médecin toxicologue et mes produits sont notifiés sur le portail européen CPNP.

Je fabrique depuis plus de 10 ans mes produits cosmétiques et d’entretien pour plusieurs raisons :

  • Pour notre santé : J’ai une peau atopique avec une tendance à eczéma, je veux pouvoir contrôler les produits qui les constituent. Les shampoings de grande surface contiennent pour beaucoup des sulfates (réputés irritants au long terme), et des silicones ou polymères (polluants et étouffants pour la fibre du cheveu). Ils contiennent beaucoup d’eau. L’augmentation des cas de cancers dans mon entourage a également été un facteur déclenchant.
  • Pour réduire mes déchets : Je suis dans une démarche de suppression des plastiques, je veux donc supprimer tous les emballages qui ont une courte durée de vie.
  • Pour éviter l’épuisement des ressources planétaires : Même si les emballages de gel douche et de shampoing se recyclent, il faut puiser du pétrole pour les fabriquer. Chaque année, c’est 13 millions de barils de pétrole qui sont utilisés pour la fabrication de nouveaux produits plastique. Le recyclage ne transforme pas encore le plastique en pétrole.
  • Par soucis d’économie : un shampoing solide dure 2 à 3 fois plus longtemps qu’un shampoing liquide. Un pain de 100 grammes fait en moyenne 80 shampoings !
  • Par passion : j’adore créer de nouvelles choses